Partager

Face à la crise sanitaire et sociale, associations et volontaires ont démontré une créativité et une capacité de résilience pour garder le contact, veiller au bien-être des bénévoles et adapter leurs activités. La PFV vous propose un tour d'horizon de quelques pratiques repérées. De quoi s'inspirer pour enrichir nos pratiques de fidélisation et appréhender autrement l'après-confinement.

 

Rester en contact durant le confinement

Durant cette période, les nouvelles technologies ont pris du terrain dans nos modes de communication pour maintenir le lien avec les volontaires.

E-mails, groupe privé Facebook ou WhatsApp, plateformes de réunions en ligne via Jitsi, Zoom... Volontaires et associations se sont peu à peu appropriés ces outils pour continuer à se voir, s'entendre, discuter et partager idées ou ressentis.

Maintenir le lien favorise également la fidélisation des volontaires. C'est l'occasion d'entretenir leur motivation, d'écouter leurs envies, leurs besoins et de veiller à leur bien-être dans l'organisation. 

Ces contacts permettent aussi de percevoir comment le volontaire se sent, d'exprimer son souhait de faire une pause ou de consacrer plus de temps à sa vie privée, ou encore de repenser ses activités selon sa motivation.

Autres ressources pour maintenir la communication

Téléphones accrochés à un mur

Des volontaires qui réinventent leurs activités

Durant cette période de confinement, maintenir le lien restait aussi synonyme de soutien et d'accompagnement des volontaires... dans leurs nouvelles activités ! Créativité, motivation et énergie étaient au rendez-vous pour continuer autrement les missions de l'organisation.

Sensibiliser autour de la migration en ligne

Au CJD (Conseil Jeunesse Développement), "Migration au-delà des préjugés" propose un site interactif en ligne pour déconstruire les stéréotypes sur la migration. Une manière de continuer leur démarche de sensibilisation avec les jeunes malgré la fermeture des écoles et des maisons de jeunes.

Agir contre l'isolement des aînés

Coups de téléphone, livraison de soupes à domicile avec quelques surprises (dessins, gazette...), concerts sur le pas de la porte (à domicile, devant les résidences ou maisons de repos...)... Tant d'initiatives mises en oeuvre avec les volontaires de Bras dessus bras dessous pour garder le lien avec les séniors, encore plus isolés en cette période de crise.

Promouvoir des rendez-vous culturels et des créateurs et artistes locaux

Les bénévoles de Cinqmille ont regorgé d'astuces pour continuer à proposer des rendez-vous culturels malgré le confinement. Partager des coups de coeur (lectures, musique, artisanat, illustration...), promouvoir les adaptations des lieux culturels namurois (théâtre, concert... en ligne) ou d'autres pépites virtuelles (24h d'images, mise à l'honneur d'artistes...).

Vivre des activités sportives avec les aînés et continuer la solidarité

Chez Énéosport, les volontaires ont proposé des vidéos en ligne pour garder la forme et faire des exercices de chez soi pour bouger. Par ailleurs, certains se sont impliqués dans des initiatives de solidarité, pour assurer la livraison de masques à vélo ou encore proposer de maintenir le lien par courrier ou téléphone.

Créer des liens avec les personnes âgées, handicapées, malades ou les enfants

Maintenir le lien avec des personnes vulnérables est resté au coeur de l'engagement des bénévoles chez Volont'R. Groupes d'activités en vidéoconférence pour les enfants, distribution de courriers, dessins et autres douceurs sucrées en maisons de repos, capsules vidéos de dessins pour égayer le quotidien dans les maisons de soins, création d'un journal pour enfants...

Se mobiliser pour la régularisation des droits des sans-papiers

Initiée par un groupe de personnes sans-papiers, la campagne "Déconfinons les droits des sans-papiers : Contre le virus, la régularisation, c’est maintenant !" a mobilisé plusieurs collectifs, associations et réseaux pour toucher davantage de personnes sur les réseaux sociaux (en particulier. Vidéos, témoignages, photos, suggestions d'initiatives...

Ces adaptations révèlent l'importance de maintenir le lien, mais mettent en avant aussi le risque de renforcer la fracture numérique. Sans surprises, varier les modes de communication avec les volontaires ou d'organisation des activités permet d'éviter le malaise face aux nouvelles technologies. Il est important de définir avec chaque volontaire les moyens de communication à privilégier. Un coup de téléphone, une lettre ou une carte postale sont aussi des attentions simples pour veiller au bien-être des volontaires !

 

Appréhender l'après-confinement avec les volontaires

Alors que la période de confinement nous a parfois poussés dans nos retranchements, il est à présent temps d'envisager la reprise des activités. Plusieurs questionnements nous parviennent de la part des associations et des citoyens. Quelles mesures de sécurité devons-nous appliquer ? À quel rythme les activités peuvent-elles reprendre ? Tous les volontaires peuvent-ils reprendre leurs activités ?

La PFV préconise avant tout de continuer à suivre les mesures gouvernementales disponibles sur www.info-coronavirus.be.

La communication reste un élément essentiel pour relancer peu à peu les activités de volontariat.

  • Informez les volontaires sur les mesures à prendre pour leur sécurité et leur bien-être : illustrations des conseils, images et consignes claires, affiche récapitulative transmise selon vos canaux de communication...
  • Discutez avec les volontaires de leurs envies à reprendre ou non les activités ainsi que les modalités : organisez une rencontre participative à distance, passez par les canaux utilisés durant le confinement...
  • Restez flexibles et ouverts à leurs propositions : cette période aura donné naissance à une multitude d'idées et des élans de créativité... N'hésitez pas à améliorer vos pratiques pour mettre en oeuvre vos missions et remettre du sens au coeur de vos actions !

 

Ressources complémentaires :